Le concours est ouvert chaque année à tous les artisans des métiers de bouche, engagés dans une démarche alliant plaisir et équilibre alimentaire. Il distingue les artisans privilégiant, dans leur processus de fabrication, des éléments visant à améliorer le bien être des consommateurs, tout en préservant les qualités nutritionnelles et la saveur de leurs produits.
 
Le Prix Goût et Santé s’ouvre aux apprentis

Le Prix National « Goût et Santé » est désormais ouvert aux CFA et aux écoles professionnelles pour l’année 2012. Les apprentis qui souhaitent participer au concours, pourront travailler sous la direction de leur formateur sur le thème de  » la Tartine Santé  » et imaginer un produit offrant des bénéfices santé pour le consommateur, tout en préservant les qualités gustatives des produits travaillés.

Les apprentis des CFA pourront présenter une ou plusieurs créations culinaires conçues et réalisées par des équipes d’apprentis de l’établissement. Chaque équipe est composée de 3 apprentis et d’un enseignant d’une ou de plusieurs sections du CFA ou de l’école professionnelle, parmi les domaines de formation dispensés dans l’établissement.
Téléchargez le dossier de candidature et le règlement du concours.

Les smartphones et les tablettes informatiques vont devenir incontournables d’ici 2015; de plus en plus de personnes en possèderont.
Il est donc peut-être temps de penser à changer de stratégie de communication !
Par ailleurs, la Traçabilité des denrées alimentaires étant devenue obligatoire depuis le 1er janvier 2005 d’aprés le règlement CE n°178/2022, il peut être envisageable d’utiliser un code 2D pour informer le consommateur. Il peut en effet renvoyer à :
- un texte : carte de visite, recette, ingrédients, valeurs nutritionnelles, conseils, promos…
- une vidéo, une photo, un fichier audio hébergée de votre entreprise
- un site web : site commercial, blog, reseaux sociaux
- une localisation géographique, un numéro de téléphone

Depuis 6 ans, le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation commande chaque année au Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie (CREDOC) une étude approfondie sur les habitudes alimentaires des Français, leurs perceptions de la qualité alimentaire et de la politique menée en la matière. 44% des Français considèrent que l’alimentation est avant tout une nécessité, le plaisir arrivant en seconde position (41%). Pour juger de la qualité d’un produit alimentaire, les Français se fient aujourd’hui à son GOUT (96%), à son APPARENCE (89%) puis à son PRIX (86% contre 90% en 2009).

Pour en savoir plus: consulter le document « Baromètre de la perception de l’alimentation« .

La règlementation fixe trois mentions qui doivent figurer sur
l’étiquettage des produits de la pêche :
- La dénomination commerciale de l’espèce :  l’indication du nom scientifique de l’espèce sera bientôt obligatoire (début 2012)
- Le mode de production : pêche en mer, pêche en eaux douces, élevage
- La zone géographique de production :
  • les produits de la pêche maritime doivent comporter l’indication de la zone de capture,
  • les produits pêchés en eau douce doivent comporter la mention du pays d’origine du produit,
  • les produits issus de l’acquaculture doivent comporter la mention du pays d’élevage dans lequel la phase de développement final du produit s’est déroulée.
Attention : si les produits de la pêches ont été congelés au préalable, il faut en informer le consommateur !!!
Vous êtes soumis à une obligation d’affichage sur la dénomination de vente des entremets, stipulant ainsi que le produit a été congelé.

POURQUOI ?

  • Pour des raisons sanitaires : il est interdit de recongeler un produit déjà décongelé.
  • Pour des raisons organoleptiques : certains produits congelés/décongelés peuvent présenter une modification de goût et/ou de texture, par rapport aux mêmes produits frais.

Le consommateur doit  savoir si le produit a été congelé ou non.
Présenter des denrées décongelées parmi les produits frais ou dans un environnement donnant à penser que les produits sont frais est considéré comme un délit de tromperie.

Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Depuis l’entrée en vigueur du « Paquet hygiène » au 1er janvier 2006, les professionnels de l’alimentaire ont une obligation de résultat, portant sur le caractère sûr et sain de la denrée alimentaire et sur la protection du consommateur.
Ce nouveau règlementent Européen regroupe un ensemble de règlements (CE n° 178/2002, CE n° 852/2004, CE n°853/2004) auxquels vous devez vous référer.

Ce nouveau règlement prévoit une obligation de formation en matière d’Hygiène alimentaire.

La vidéo ci-dessous présente les bonnes pratiques d’hygiène  à toutes les étapes de la fabrication, afin d’éviter une intoxication alimentaire, que ce soit à la maison ou en entreprise …
[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Xz2kuNXDsrE]
Image du Blog petitemimine.centerblog.net
Attention !
La D.D.C.S.P.P. constate trop souvent lors de ses inspections, une anomalie au niveau de l’affichage de l’origine des viandes bovines.
Vous avez l’obligation d’informer les consommateurs sur l’origine de la viande bovine que vous délivrez.
Doivent figurer les informations suivantes : le pays de naissance, d’élevage et d’abattage. Dans le cas où l’animal dont provient la viande est né, élevé et abattu dans le même pays, la mention « origine » peut également être employée.
Les mentions obligatoires pour les bouchers :
-          le numéro de lot,
-          le lieu d’abattage et numéro d’agrément de l’abattoir,
-          le lieu de découpe et numéro d’agrément de l’établissement de découpe,
-          l’indication de l’origine de la viande.
Adopter les bonnes pratiques et mieux connaitre la règlementation…
Nouvelle session de formation

Hygiène et Sécurité Alimentaire
le 10 et 17 octobre 2011
                 
   Nombre de place limitée.
    N’attendez-pas la dernière minute …
Clôture des inscriptions le 4 octobre 2011.

Pour plus de renseignements:
Contacter la Chambre de Métiers et de l’Artisanat au 05.63.63.09.58